Combrailles Durables prend racine

forêt-jardin

Cultivons notre forêt-jardin en créant

un réseau de vergers potagers partagés

dans les villages des Combrailles.

Plantons des forêts comestibles citoyennes

qui produisent bio, local, solidaire,

en associant arbres, arbustes, plantes

vivaces et perpétuelles.

Combrailles Durables souhaite montrer que l’on peut produire des aliments locaux, bio, sains et accessible à tous, de façon efficiente et résiliente, en utilisant le moins d’énergie possible, en améliorant la structure du sol, la biodiversité, et en stockant plus de carbone. Concrètement, nous planterons haies, massifs ou mini-forêts comestibles qui produiront à leur tour les plants pour les forêts-jardins suivantes.

  • Associer sur différents étages de végétation, en optimisant l’espace, des arbres fruitiers d’essences anciennes et indigènes, des arbustes et des plantes pérennes, pour imiter les écosystèmes forestiers autonomes. Ainsi, les synergies positives entre les différentes plantes sont optimisées et elles s’entraident les unes les autres, assurant une meilleure production.
  • Enraciner les revenus du solaire citoyen sur le territoire en produisant des plants perpétuels, adaptés au climat, à moindre cout et en circuit-court via une pépinière permacole pour créer un réseau de forêts-jardins dans les villages où Combrailles Durables possède des toitures photovoltaïques
  • Améliorer la biodiversité en remplaçant les espaces en pelouse rase par des jardins mellifères, fleuris et où la nourriture se trouve à tous les étages : bulbes et rhizomes, couvres sols, herbacées, arbustes, plantes fixatrices d’azote, arbres et canopée…
  • Rendre l’espace public (de Loubeyrat) comestible par la plantation de fruitiers associés à des légumes et des baies, tout cela en libre-accès
  • Monter un projet pédagogique avec l’école de Loubeyrat pour sensibiliser les familles

En s’inspirant des principes de la permaculture, créer une « forêt-jardin » consiste à planter une large palette de plantes comestibles à différentes hauteurs, en s’inspirant des systèmes forestiers. Grâce à leurs interactions mutuelles, les espèces choisies demandent peu de travail du sol, de désherbage ou de contrôle des ravageurs, et aboutissent à un système productif et en bonne santé. Une fois implantée, la forêt-jardin est un système durable, autonome, résilient, productif sans avoir recours aux énergies fossiles, sans besoin en eau ni en fertilisants. Elle stocke du carbone, restaure les paysages et constitue un refuge de biodiversité cultivée et sauvage. La forêt jardin permet de produire localement des fruits, baies, légumes, plantes aromatiques, médicinales, champignons, mais aussi du bois et de la biomasse, tout en créant des emplois. Elle ne nécessite que de petites surfaces pour son implantation et génère sa propre fertilité.

« La foret jardin est un nouveau modèle productif et écologique issu d’autres régions du monde, d’autres cultures, et son essor en occident pourrait constituer un véritable changement de paradigme, un « métissage agricole ». Donnant la priorité aux arbres, il « révolutionne notre approche de l’agriculture » et est susceptible de contribuer à remédier aux dommages crées par le modèle agricole dominant. » PERRINE et CHARLES HERVÉGRUYER